Cargill est engagé pour protéger les forêts et garantir des filières d’approvisionnement n’ayant pas recours à la déforestation

Les forêts sont indispensables pour assurer la vie sur notre planète. Elle accueillent les 4/5èmes des végétaux et de la vie animale, mais aussi capturent les gaz à effet serre qui contribuent au changement climatique. Les forêts fournissent également nourriture, eau, énergie, médicaments et sources de revenus à des milliards d’individus.

Cargill s’est engagé à réduire et, à terme, éliminer la déforestation au sein de ses filières agricoles. Le groupe a pleinement conscience que les forêts et l’agriculture ont chacun à leur niveau un rôle crucial pour créer un futur plus durable, garantissant une alimentation pour tous.

La protection des forêts au Brésil et en Bolivie

Cargill a pris l’engagement de mettre fin à la déforestation dans ses filières agricoles, avec un objectif de réduction de moitié d’ici 2020 et l’atteinte de cet objectif d’ici 2030. Pour ce faire, le groupe travaille en concertation avec plusieurs organisations qui partagent cette priorité. Certaines d’entre elles nous soutiennent, d’autres formulent des critiques, mais au final ces échanges sont bénéfiques.

Des rapports récents ont insisté sur certains obstacles, particulièrement au Brésil et en Bolivie :

  • Au Brésil, de grands progrès ont été réalisés grâce à un partenariat mis en place depuis plus d’une décennie pour faire avancer le Moratoire sur le soja en Amazonie. Aujourd’hui, nous travaillons étroitement avec plus de 15 000 cultivateurs de soja, des gouvernements, des ONG et nos partenaires pour renforcer le code forestier brésilien et la protection de la forêt. >> www.cargill.com/sustainability/soy/sustainable-soy-in-brazil

  • En Bolivie, nous capitalisons sur notre expérience dans d’autres régions du globe et évaluons nos sources d’approvisionnement afin de garantir le respect de nos engagements.

Ce travail en matière de déforestation fait écho sur certains aspects à nos objectifs en termes de meilleur accès à la nourriture et d’amélioration du revenu des agriculteurs, ce qui explique pourquoi nous sommes très précautionneux quant à notre approche et à notre calendrier. En nouant des partenariats avec les gouvernements et les agriculteurs, qui permettent à ces derniers de décider de la façon dont ils souhaitent agencer leurs terres, on fait avancer la durabilité. Cela réclame ambition et pragmatisme, car il faut travailler alors exploitation par exploitation, hectare par hectare.
Comme cela a été souligné dans son rapport 2017 sur les forêts, Cargill peut se prévaloir de toute une série d’actions en matière de déforestation, qui ont produit des effets. Ainsi, dans certaines filières, le groupe est en passe d’atteindre son objectif final de zéro déforestation d’ici 2020. >> www.cargill.com/doc/1432081204529/cargill-forests-report-2017 (PDF) 
 

Nos actions

Cargill s’appuie sur sa position d’acheteur majeur de soja, d’huile de palme et d’autres cultures au plan mondial, afin de promouvoir une agriculture durable. Le groupe travaille avec les agriculteurs, les gouvernements, les associations environnementales et les communautés au sein desquelles il intervient pour identifier des solutions réalisable et évolutives. Par exemple :

  • Nous travaillons depuis 2004 avec The Nature Conservancy (TNC) pour utiliser les satellites afin de surveiller et gérer l’évolution de la déforestation étant liée à nos filières d’approvisionnement.
  • Cargill a noué depuis 2006 un partenariat avec des industriels et des ONG pour faire respecter le moratoire brésilien sur le soja en Amazonie, un accord volontaire visant à n’acheter aucun soja issu de terres du biome amazonien déforestées après juillet 2006. Cet engagement a contribué à réduire de 80% la déforestation en Amazonie ces 10 dernières années. Ce moratoire a été prolongé sine die en 2016.
  • Nous avons rejoint la Table Ronde pour une huile de palme durable (RSPO) en 2004. Nous avons publié en 2014 une politique en matière d’huile de palme, afin d’aller un cran plus loin et d’éliminer de notre filière d’approvisionnement toute huile de palme issue de la déforestation de zones sensibles d’un point de vue environnemental (incluant les tourbières), ou de zones exploitant des communautés indigènes. Nous publions régulièrement des rapports détaillant nos avancées sur ce sujet.
  • A l’occasion du Sommet des Nations Unie sur le climat de 2014, Cargill s’est engagé à mettre fin à la déforestation dans l’ensemble de ses filières agricoles d’ici à 2030, avec un objectif intermédiaire de réduction de 50% d’ici 2020.
  • Cargill a partagé en septembre 2015 sa politique globale et les détails de son plan d’action concernant ses principales filières, afin d’atteindre ses objectifs en matière d’élimination de la déforestation. Ce plan précise notamment l’approche de Cargill pour évaluer ses fournisseurs et les investissements amenés à être réalisés.
  • Cargill a publié en janvier dernier son premier Rapport sur les forêts, afin de détailler les progrès réalisés grâce au plan d’action mis en place pour protéger les forêts et promouvoir une utilisation durable des terres dans nos filières cacao, soja, huile de palme, coton, maïs et emballages à base de fibres. Ce rapport aborde les challenges auxquelles le groupe est confronté, mais aussi les nouvelles approches qu’il est possible de mettre en place dans une logique de progrès, que ce soit pour obtenir un consensus sur la définition de leviers d’action et de critères d’évaluation, ou pour promouvoir de façon coordonnée une approche durable des paysages, au sein d’un même secteur ou entre plusieurs d’entre eux.

 

.